J'ai succombé à la Digitalisation ! Est ce que cela s'applique à l'oenologie ?

1 month ago

Depuis quelque temps, je piste intuitivement les innovations viticoles et vinicoles basées sur le Data. Aujourd'hui, je lis un article sur la réalité augmentée dans les blocs opératoires, hier sur les applications mobiles de vente et demain dans un autre domaine. Je suis curieux de connaitre vos expériences sur le déploiement de ces nouvelles technologies. Est ce que la digitalisation pénètre toutes les strates de notre filière ? ou ? quand ? comment ?


4 replies
30 days ago

l'oenologie n'est malheureusement pas un marché juteux ,lol ! donc vous devez vous contenter d'attendre que des applications grands publics soient au point et disponibles à bas cout ( smartphones , gps etc ) ou attendre que des fous developpent des produits high tech specifiques pour ce marché .Et la seule solution pour qu'ils s'en sortent est de vendre tres cher.Ces fous là ne subsistent pas toujours tres longtemps.
Il y en a , encore plus fous, qui veulent vous apporter les nouvelles technologies à prix tres raisonnables . Ils se comptent sur les doigts d'une main, j'en fait partie .
Mais le plus important est que le numerique n'est pas une fin en soit, juste un outil .
Le sans fil fait fanstasmer beaucoup de start up mais rien ne sert de vouloir developper des capteurs sans fil à mettre dans les cuves car presque rien ne fonctionne correctement dans les cuves en fermentation . Rajouter du sans fil à ce qui ne fonctionne pas ne fera pas une solution perenne .
Ce qui marche bien car sans contact avec le vin : la mesure de temperature et les parametres environnementaux du chai ( temperature, humidité , gaz ).

Sign up to comment Sign up

30 days ago

Je comprends votre réflexion.
Je suis aussi tout à fait d'accord avec vous, le numérique et le digital sont des outils ... avec lesquels on va devoir modifier notre façon d'être. Ok avec ça. La cuve en fermentation effectivement j'ai eu des retours comme quoi les sondes/capteurs n'étaient pas fiables. Cela changera j'imagine.
Pourquoi parlez vous uniquement du sans fil ? cela me fait penser au Lifi autre innovation pour apporter de l'information au cuviste. Il reste le pilotage des levains, l'automatisation des pressoirs, le suivi de la prise de mousse, la filtration, ... c'est de l'engineering certes mais cela pourrait avoir des conséquences sur nos pratiques, non ? On pourrait imaginer du sniffing au dessus des cuves de fermentation pour détecter des arômes spécifiques (réduction, ACF, ...) par exemple. Sur les effervescents, il y a toute la phase de prise de mousse et d'élevage autant d'étape qui accepterait une collecte d'information. Le suivi des couleurs, de l'O2 dissous lors des transferts seraient intéressant mais également du coté de la traçabilité on pourrait se poser des questions. Si l'on rêve un peu, nos collègues conseils pourraient ne plus se déplacer pour échantillonner à des fins analytiques et recevoir les données sur leur pc en live que sais je encore.
Je crois que l’œnologie dans son globale a des voies à explorer, on produit bien des levures synthétiques ! Votre réponse me parait un tantinet pessimiste voir réductrice. Je suis capable d'entendre que ça n'existe pas encore que le marché n'est ni porteur ni prioritaire et pourtant on peut se projeter. Oui cela coute excessivement chère au démarrage, comme pour chaque innovation puis irrémédiablement la loi de Moore fait son œuvre lorsque ces dernières ont du sens. Vous avez certainement raison, gardons les pieds sur terre et la tête en l'air.

Sign up to comment Sign up

24 days ago

Dans toutes les industries ou je suis passé avant le vin (semiconducteurs, informatique , automobile ,satellites ) on avait l'habitude de faire de beaux slides de prospective . Mais tout ça ne fait plus fantasmer , on sait tout ce qu'on nous prevoit pour les 50 à 200 ans à venir . La mise en oeuvre de toutes les nouvelles technologies est juste freinée par la concurrence de toutes celles sensées arriver rapidement .Manque de chance il y a de bonnes solutions et des mauvaises . Savoir qu'une solution a plus de chance de reussir par rapport à une autre demande des competences et des experiences pluridisciplinaires que peu de personnes possedent . D'ou la pléthore de depense d'energie inutile sur des sujets "cul de sac" , foirreux en bon français .
Vous mentionnez par exemple les nez electroniques . De multiples solutions existent à l'etat de R&D , mais seuls des applications dans des sujets tres specifiques ont aboutis ( alpha mos , la toulousaine ,qui a été racheté recemment , ses solutions demarraient à plus de 30 000 euros) . Une veille technologique sur le sujet a été commandée par record-net.org , resultats dans 1 an . Mais je peux deja vous donner le resultat : il n'y aura rien avant 20 ans pour mesurer les molecules d'un chai ( et du vin ) pour moins du 500 euros ( prix maximum qu'acceptera de payer un vigneron par cuve ).
Le suivi de la couleur est impossible puisque la turbidité fausse tout , donc il faut etre à 10 NTU maximum pour que la mesure de couleur veuille dire quelque chose
l'oxygene dissous , en revanche, se mesure en continue sans probleme avec des sondes optiques ( cout de l'ordre de 1500 euros )
Je ne reve pas aux oenologues qui ne se deplaceraient plus dans les chais . Que ceux qui envisagent cela pensent rapidement à une reconversion .
Le sans fil est imperatif pour eviter de se prendre les pieds dans les chais si on veut y mettre des tas de capteurs/sondes

Sign up to comment Sign up

24 days ago

C'est intéressant, merci. Qui est chargé de la veille ? sera t elle consultable ?

Sign up to comment Sign up