il y a 1 an

Intéressant point de vue. Mais on trouve des tas d'essais et d'applications dans le monde :

Suivi des températures et des sucres : http://www.rfidjournal.com/articles/view?8033

Suivi de la FML en barriques : http://www.academicwino.com/2013/01/wireless-sensor-bung-malolactic-fermentation.html/

De nouvelles solutions vont émerger, pour toujours plus de qualité, c'est une bonne nouvelle non ?

J'aime 0

oui il y a des tas de developpement de part le monde et chacun reinvente le fil à couper le beurre et beaucoup prennent leur desirs pour des réalités.
exemples de produits sans avenir commercial :
1) densimetre : Optomesures avait developpé en parallele à son systeme de thermoregulation "wireless" un densimetre à 250 euros pour etre inplanté dans les cuves . L'etude marketing a révélé qu'il n'y avait ,sur 50 vignerons sondé ,qu' 1 seul interessé donc vous ne verrez pas de densimetre "wireless" Optomesures faute de marché .

2)La pretendue mesure du sucre par refractometrie par des sondes immergées , technologie aussi maitrisée par Optomesures , est aussi inutile car ,une fois la fermentation commencée, l'indice de refraction ne veut plus rien dire puisqu'il y a melange de sucre et d'alcool Il est donc faux de dire qu'il y a mesure "absolue " du taux de sucre dans les cuves , et puisque , pour la fin de FA, on cherche des precisions du gramme , chose que le refractometre ne saura pas faire car l'alcool le perturbe d'un facteur bien plus grand , la mesure par refractometrie dans les cuves ne servira à pas grand chose si ce n'est le plaisir de voir varier une courbe sur son PC.

3)Le pH n'est pas non plus immergeable dans les cuves puisque les seules electrodes fiables sont en verre , interdit dans les cuves agroalimentaire , il faudrait donc se rabattre sur des ISFET , technologie des circuits integrés, qui sont sensibles à beaucoup d'autres choses que le pH , et en particlier les sels mineraux
Optomesures en a deja utilisé pour suivre le pH a l'interieur des saucissons et connait bien le sujet .

4)Le suivi de la malo par pHmetrie est donc serieusement compromis puisque les variations de valeurs de pH recherchées ne dépassent pas 0.2 pH valeur et sont largement dans l'imprecision de mesure

5) spectrometrie infrarouge : on pourrait penser faire un IRTF à l'interieur d'une cuve , ça a déja été essayé ( programme europeen vitispec , dans lequel Optomesures était partenaire ) mais ça n'a pas marché et de toute maniere le cout minimal pour un IRTF est de 20 000 euros , un peu cher par cuve

6) une façon plus simple de faire des analyses en ligne n'est pas d'immerger des sondes mais de prelever de temps en temps du vin de maniere automatique et de faire une analyse deportée , quelques solutions existent mais toujours à des prix indecents que le peu d'automatisation dans les chais rend inutile

7) seule une mesure simple fiable et peu couteuse : la temperature , mais alors on ne parle plus d'innovation

et quand on constate une telle dispersion entre les analyses des laboratoire cofracs sur des echantillons de vins , on a peine à imaginer que le suivi en ligne fiable des parametres est pour bientot ( je rappelle que la spectrometrie infrarouge , IRTF , date de 1957 et que son prix minimum est toujours de 20 000 euros )

mais ne desesperons pas il reste beaucoup de champs à explorer : par exemple l'electrophorese capilaire sorte de chromatographie liquide miniature

J'aime 2
il y a 1 an

Merci, très intéressant ce retour d'expérience !

J'aime 0