Le calendrier de la vinification biodynamique

Le mouvement de la biodynamie a environ 90 ans et s’est développé à partir des années 1980 pour la viticulture. Il repose sur une approche globale des relations entre la terre, les plantes et l’environnement. Le calendrier lunaire utilisé par les jardiniers est aussi un outil pour les vignerons en biodynamie, à la vigne, évidemment, mais aussi à la cave, pour certaines étapes de vinification ou encore pour la dégustation des vins. Jours « fruit », « racine » ou « feuille »...

Le calendrier lunaire de Maria Thun en vinification

 

Dans les pas de Rudolf Steiner, Maria Thun a réalisé des expérimentations sur l’impact du calendrier lunaire sur la croissance des plantes. De ses observations, elle a élaboré un calendrier des semis, qui tient compte de la position des astres et détermine des jours dits fleur, fruit, feuille et racine, favorables aux différents travaux. Publié depuis plus de 50 ans, en 30 langues, c’est aujourd’hui une référence en biodynamie.

« C’est simple, je cale toutes mes opérations sur le calendrier de Maria Thun », résume Eric Nicolas du Domaine de Bellivière. Ce vigneron des Coteaux du Loir respecte les principes de la biodynamie depuis plusieurs années. Il s’appuie sur les informations dispensées par son syndicat professionnel Biodyvin et sur son expérience. Il se guide par le calendrier lunaire qu’utilisent tous les biodynamistes.  

C’est plus complexe à la vigne, mais en cave, concrètement, il prévoit de faire toutes ses opérations les jours « fruit ». Que ce soit un soutirage, une mise en bouteille, ou même une dégustation, « c’est préférable en jour fruit ». Seule exception à ce principe, admet-il, lorsque l’analyse d’un échantillon de vin révèle qu’un ajout de soufre est nécessaire. Dans ce cas, mieux vaut agir de suite. La rapidité d’intervention prime alors sur le respect du calendrier. C’est le même raisonnement pour les vendanges. Préférables en jours « fruit », elles seront déclenchées en priorité selon la météo.

Certains conseillent d’effectuer les soutirages, filtrations et mises en bouteilles en lune descendante. Cette période serait favorable à la concentration et la préservation des arômes.

 

La dégustation des vins selon le calendrier lunaire

 

La dégustation en jour « fruit » permettrait d’avoir un vin plus ouvert et fruité, estiment de nombreux vignerons en biodynamie. En jour « fleur », les notes florales des vins seraient dominantes. En jour « racine », le vin serait plus minéral et fermé. Enfin, en jour « feuille », un caractère végétal et amer apparaîtrait.

On apprend aussi qu’il vaut mieux déguster un vin blanc en nœud lunaire, alors que celui est totalement déconseillé pour apprécier le vin rouge. Le premier sera plus fruité, tandis que le second sera plus maigre, moins tannique.

En savoir plus

Auteur :
Cécile Vuchot
Journaliste
Vallée du Rhône - France

Derniers commentaires