La communauté d'entraide des vignerons et des œnologues.
Inscrivez-vous
Ou avec votre compte :
Le Vin et l’Eau : les conférences du 56e Congrès des œnologues dans la revue française d’œnologie
Le Vin et l’Eau : les conférences du 56e Congrès des œnologues dans la revue française d’œnologie
Publiée le 02/06/2016 12:23

C’est au cœur de la Loire viticole, sur les rives et les coteaux du plus long vignoble de France, que se tenait du 18 au 21 mai dernier, le 56e Congrès des œnologues de France. Au cœur des préoccupations de ce symposium, les liens étroits qu’entretiennent l’eau et le vin depuis 8000 ans. A l’occasion de la sortie du dernier numéro de la revue française d’œnologie et de la publication des actes du Congrès, petit retour sur cet événement.

La Géorgie à l’honneur, plus ancien vignoble du monde

 

Originalité de ce 56e Congrès, qui se tient chaque année depuis la création de l’Union des œnologues dans une des sept grandes régions viticoles de France, une délégation étrangère était invitée d’honneur du Congrès. Ce sont les techniques de vinification en qvevris, ou jarres en terre cuite enterrées, que les œnologues ont pu découvrir au cours de conférences et d’ateliers dégustation.


Ces vins ambrés, obtenus selon des principes de vinification multimillénaires sans presque aucune intervention œnologique, ont de quoi en effet interpeller les plus cartésiens des vinificateurs. Tant par les méthodes de production (absence de soufre, macérations pelliculaires longues, pas de levurage ni de remontage….) que par les profils organoleptiques de vins (robe ambrée, nez parfumé sur des notes de fruits sec et confits, bouche plus ou moins astringente), ils déroutent les sens et sortent des standards.
 

Irrigation, mouillage, élevage du vin sous la mer

 

Outre la découverte des vins de Kevri, d’autres dégustations et présentation ont suivi le fil directeur de l’eau et du vin : techniques soustractives de désalcoolisation des vins par évaporation puis condensation, propriétés étonnantes de l’eau « solvant universel », impact de l’élevage sous l’eau sur le goût des vins… Sans oublier les aspects environnementaux, au cœur des préoccupations de la filière : irrigation maîtrisée et impact sur la maturité des baies, impact de la viticulture et de la pollution sur les eaux souterraines (deuxième réserve d’eau douce sur terre), hygiène au chai à faible consommation d’eau…


Enfin, une dégustation à l’aveugle de vins aromatisés (copeaux, arômes, impact des process de vinifications sur le profil aromatique) a permis aux participants de réfléchir à la place du discours ou de la représentation dans le profil aromatique des vins. En bref, un congrès riche en enseignements, dense, qui a offert à ses participants une vision plus vaste de la complexité du vin et de l'oenologie.


Et pour finir en paraphrasant Jacques Puisais, un Congrès dans l'esprit du métier d'œnologue qui, en tant que scientifique, doit toujours s’évertuer à conserver l’ouverture d’esprit et la rigueur d’analyse lui permettant d’agir en gardien de la mémoire du vin.

L’union des œnologues de France est le seul syndicat professionnel des diplômés du DNO réunissant aujourd’hui plus de 1600 adhérents sur les 7000 œnologues diplômés (dont 4500 en activité). Il défend et appuie ses adhérents dans leurs missions de « créateurs de valeurs » à savoir accompagner les vignerons à mettre en marché des vins représentatifs de leurs terroirs et adaptés aux attentes des consommateurs.


La  Revue française d’œnologie n° 276, qui vient de paraître, reprend les actes des interventions de la journée technique. Disponible en ligne également.


Vous pouvez également vous procurer bientôt l’ouvrage Vins mille lieux sous la Loire, coédité par l’Union des œnologues Val-de-Loire et la revue Le vin ligérien à l’occasion de ce Congrès.


Si vous souhaitez en savoir plus sur la méthode de vinification traditionnelle géorgienne en jarres, voici un lien vers la vidéo de l’atelier qvevri du Congrès des Oenologues.

Plus d'informations sur l'auteur :