La communauté d'entraide des vignerons et des œnologues.
Inscrivez-vous
Ou avec votre compte :
Vendanges 2016 : la situation vignoble par vignoble
Vendanges 2016 : la situation vignoble par vignoble
Publiée le 29/09/2016 15:35

Millésime atypique voire difficile dans certaines régions viticoles, 2016 nécessite plus que de coutume une approche au cas par cas. A mi-vendanges, alors que les blancs sont déjà rentrés dans le sud de la France et que les vignerons bordelais commencent à rentrer les rouges, c'est l'occasion de faire un point sur l'état du millésime, vignoble par vignoble.

Cette année aura été marquée par les aléas climatiques qui ont causés énormément de tort dans certains vignobles, mettant à rude épreuve la patience et le savoir-faire des vignerons. Les prévisions du mois d’Août étaient assez alarmistes sur certaines régions, avec une baisse de plus de 30% attendue en Champagne mais aussi en Val de Loire, sévèrement touchées par la grêle. Un total de 42.9 millions d'hectolitres est attendu pour cette année 2016 soit une baisse de 10% de la production par rapport au millésime 2015 (47.8 millions), et un déficit d'environ 7% par rapport à la moyenne 2010-2015 (45.6 millions).

 

Source : www.agreste.agriculture.gouv.fr

 

Bourgogne et Beaujolais : volumes en baisse, tri nécessaire

 

Après un épisode de grêle en avril qui a particulièrement touché la Côte de Beaune, un fort épisode orageux au mois de Mai décimera près de 400 hectares de Chablis. Les viticulteurs ont donc dû redoubler d’attentions pour prendre soin de leurs vignes, qui subiront ensuite une forte pression du mildiou au printemps. Tous ces évènements compliquent évidemment le travail du vigneron mais aussi la qualité et la quantité de récolte qui reste encore aujourd’hui incertaine. Les vignes des parcelles touchées donneront globalement très peu de raisins malgré l’accalmie des mois d’août et septembre ; les vignes épargnées présentent elles une belle maturité et des grappes bien fournies. Les vendanges seront sans doute plus longues que les autres années et un gros travail de tri devra être engagé. Les premières parcelles destinées au crémant ont été vendangées autour du 10 Septembre, alors que les premiers raisins destinés aux vins tranquilles ont été récoltés autour du 25 Septembre et présentent une belle maturité et de bons équilibres malgré une forte hétérogénéité ; le choix de la date de récolte sera déterminant. Les vignerons envisagent des vendanges en plusieurs passages, à deux ou trois jours d’intervalle afin de laisser les raisins retardataires (issus des bourgeons secondaires qui se sont développés suite aux gels) arriver à pleine maturité.

Notons qu’en Beaujolais, les raisins sont particulièrement beaux, avec une maturité importante, jusqu’à 13.5° sur certaines parcelles, le millésime s’annonce donc très prometteur. 

En Bourgogne, il pourra être intéressant d’érafler la majorité de la vendange afin de limiter les pertes en jus. Les remontages prendront toutes leur importance cette année, où les vignerons devront veiller à ce que les fermentations alcooliques partent rapidement et surtout qu’elles ne soient pas languissantes.

 

Bordeaux : maturités très hétérogènes, vendanges en plusieurs passages à étudier

 

Après un hiver et un printemps pluvieux, un été presque caniculaire et enfin un mois de Septembre chaud et avare en précipitations, les vendanges 2016 à Bordeaux s’annoncent très hétérogènes en maturité, particulièrement sur les rouges. Les sols argileux ont permis une belle régulation du stress hydrique, l’enracinement profond permettant à la vigne de profiter des bienfaits de la chaleur sans en souffrir. Les ramassages sont en cours sur les blancs qui présentent de belles qualités et quantités de raisins tandis que les rouges font preuve d’une grande hétérogénéité, là encore le choix de la date des vendanges s’annonce crucial. Une vendange en deux ou trois passages à quelques jours d’intervalle peut être à envisager sur les parcelles très hétérogènes, en fonction des conditions météorologiques et de l’évolution de la maturité, surtout phénolique mais aussi de l’évolution des pépins. Les blancs ont pour la plupart été cueillis, les peaux épaisses des sémillon et sauvignon leur ont permis de résister aux derniers épisodes de pluies. A Barsac, la pourriture s’installe doucement, la pluie aidant, les liquoreux devraient donc fournir de beaux vins à l’équilibre tendu. Si la vigne n’est pas trop touchée par Botrytis, les merlots et les cabernets pourront terminer leur maturation pendant encore quelques jours et atteindre la pleine maturité vers le 2-3 Octobre. Si la pourriture s’installe trop rapidement, une vendange séparée est à privilégier, afin de pouvoir assembler ensuite avec une cuve « saine ».

 

Champagne : volume en baisse, acidités des moûts élevées

 

Après un dramatique épisode de gel fin Avril, près d’un quart de l’appellation Champagne est touchée et c’est plus de 14% du vignoble qui est détruit. Les conséquences du gel mais aussi la pression du mildiou affectent le volume de la vendange. La qualité sera pourtant au rendez-vous grâce à un mois de Septembre clément. Les dates des vendanges ont été publiées et varient autour du 19/20 Septembre, soit quelques jours plus tard que l’année dernière, ces dates étant cette année particulièrement étalées en fonction des cépages. Le rendement a été fixé à 10 800 kg/ha, dont 1 100 kg/ha pourront être sortis de la réserve exceptionnelle à partir du 1er Février 2017 pour les vignerons qui manqueront de récolte.

Cette année, le taux d’acide malique étant particulièrement élevé, il est conseillé de réaliser une fermentation malolactique et ceci à l’aide d’un pied de cuve, pour aider les bactéries à démarrer cette fermentation. Il faudra également travailler les assemblages pour limiter cette acidité et obtenir un bel équilibre sur les BSA. Il est également préférable de lancer le pressoir dès lors que la moitié de la charge nominale est atteinte, sans attendre de le compléter avec la vendange du lendemain, afin de perdre le minimum de jus en cette année ou les volumes sont particulièrement limités.

 

Vallée de la Loire : les aléas climatiques pèsent sur les volumes

 

Humidité, gel, sécheresse, mildiou, le Val de Loire n’a pas non plus été épargné cette année. Le gel a détruit par endroit 50% des vignes et même jusqu’à 80% à Mennetou-Salon. La récolte sera donc plus maigre que les autres années, une baisse de près de 30% est attendue. Le premier ban des vendanges est paru cette année une semaine plus tard qu’en 2015. Le 12 septembre, les vendanges des chardonnay et pinot ont commencé en Touraine et en Anjou-Saumur pour les effervescents. Le vignoble du Muscadet a suivi, puis les gamay et grolleau pour le rosé d’Anjou et le rosé-de-Loire (le 19 septembre) et le Touraine sauvignon (le 20 septembre). Les autres appellations à base de chenin et de cabernet franc attendront elles le début du mois d’Octobre. L’état sanitaire et les équilibres sucre/acidité très satisfaisants permettent d’envisager un très bon potentiel qualitatif malgré une petite récolte.

 

Languedoc-Roussillon : situation très hétérogène, mais état sanitaire globalement satisfaisant

 

Marqué par un printemps instable, le vignoble du Languedoc n’a pas non plus été épargné par les dégâts de gel ou de grêle. Certains secteurs dans le bassin Languedoc Roussillon ont dû faire face à des phénomènes de coulure, notamment sur les Grenache et les Merlot mais aussi sur les Malbec de Cahors (Sud-Ouest). La situation hydrique est très hétérogène : dans le vignoble littoral et l’ouest héraultais, le stress hydrique se fait sentir. A l’inverse, l’alimentation hydrique reste satisfaisante dans les vignobles de l’arrière-pays héraultais et dans le Gard suite à des pluies généreuses et régulières depuis le début de l’hiver. L’état sanitaire du vignoble était globalement satisfaisant.

 

Provence: Stress hydrique localisé, des premiers jus au caractère souple et fruité

 

En Provence, 2016 a été plutôt clément : l’hiver a été agréable. On ne déplore qu’un gel printanier très localisé sur des jeunes vignes. Le printemps a été plus frais qu’à l’accoutumée, ce qui a provoqué un léger retard de la floraison. Le mistral a soufflé tout au long de l’année, protégeant le vignoble des maladies et de la pourriture. L’été est resté chaud et sec, entrainant un léger stress hydrique sur quelques vignobles du pourtour méditerranéen. Les vendanges ont débuté le 30 Août pour les Côtes de Provence, les Coteaux d’Aix et les Coteaux varois. Le manque d’eau, bien que localisé, semble avoir causé un rendement un peu plus faible que pour les millésimes précédents. Les vignerons ont alors constaté un état sanitaire presque parfait. La qualité des premiers jus extraits est très satisfaisante, avec un caractère fruité bien présent, une bonne souplesse et un bel équilibre.

 

Alsace : Le mildiou, principale menace cette année

 

L’ouverture des vendanges des raisins destinés aux crémants a été fixée au 12 Septembre tandis que les AOP et les grands crus devront patienter jusqu’au 22 Septembre. Les premiers raisins sont très beaux et présentent un bel équilibre, laissant présager un millésime particulièrement qualitatif dans cette région.

Certains secteurs sont très touchés par le mildiou, qui a causé jusqu’à 50% de pertes sur certaines parcelles. Notons tout de même que l'Alsace est une des seules régions qui verra sa récolte 2016 plus importante que la récolte précédente (une hausse de près de 20% est attendue).

 

Vallée du Rhône : un millésime particulièrement prometteur en vue, légèrement tardif

 

Les vignerons de la Vallée du Rhône sont parmi les plus chanceux cette année : les accidents climatiques y ont été anecdotiques. L’hiver a été doux, les précipitations régulières, et globalement, l’état sanitaire de la vigne est excellent. Les premières vendanges des Syrah montrent des petites baies bien concentrées en anthocyanes et en tanins, laissant présager de belles cuvées. Le Grenache semble également très prometteur, il est en effet particulièrement adapté aux conditions de ce millésime, même si les volumes pourraient être légèrement inférieurs. Les vendanges ont commencées le 12 septembre dans la partie méridionale et le 18 pour les parcelles les plus précoces de la région septentrionale. Les dernières observations font état d’un millésime légèrement plus tardif que 2015, d’une petite semaine environ.

www.agreste.agriculture.gouv.fr

www.vins-bourgogne.fr

www.icv.fr

Et suivez également l'actualité des vendanges en direct des vignobles sur le groupe Vendanges 2016 de Winemak-in

Plus d'informations sur l'auteur :