La communauté d'entraide des vignerons et des œnologues.
Inscrivez-vous
Ou avec votre compte :
Les méthodes comme la refermentation sur marc ou sur lies, ainsi que l'osmose inverse puis la filtration sur résine échangeuse d'ions, mentionnées dans un récent article m’interpellent. Si ces méthodes "correctives" sont interdites, existe-t-il d'autres possibilités ? Les actions possibles ne seraient-elles que préventives ?
http://www.pleinchamp.com/viticulture/actualites/baisser-l-acidite-volatile-a-tout-prix (l'article en question)

Plus d'informations sur l'auteur :


Les réponses :
il y a 4 ans
Jules LamonCe membre est un influenceur Winemak-In

Le lien vers l'article en question : http://www.pleinchamp.com/viticulture/actualites/baisser-l-acidite-volatile-a-tout-prix

il y a 4 ans
Francine VidalCe membre est un influenceur Winemak-In

A ma connaissance, une fois que les vins contiennent de l'acidité volatile, il n'y a pas d'outils autorisés pour diminuer cette teneur sur les AOP. En revanche, il y a de plus en plus d'outils préventifs comme les biotechnologies et plus spécialement les bactéries oenologiques utilisées en co-inoculation qui permettent de stabiliser les vins précocément et ainsi éviter le développement des bactéries responsables de la production d'acidité volatile. N'hésitez pas à me contacter sur winemak-in pour en savoir plus .

il y a 3 ans
Olivier PILLETCe membre est un influenceur Winemak-In

Technique préventive: la bioprotection avec la levure Metschnikowia fructicola Gaïa, sélectionnée par IFV Beaune pour les étapes préfermentaires. Elle ne fermente pas, mais protège la vendange des attaques de Kloeckera apiculata, responsable des montées d'acétate en phases préfementaires ! Plus d'info ici: http://www.ioc.eu.com/documents/ft/FT%20LEVURE%20IOC%20GAIA%20(FR).pdf