La communauté d'entraide des vignerons et des œnologues.
Inscrivez-vous
Ou avec votre compte :
Vendanges : un millésime compliqué en Champagne
Vendanges : un millésime compliqué en Champagne
Publiée le 14/09/2016 13:36

Les vendanges ont commencé le 12 septembre en Champagne, et le millésime n'est pas simple : gelées de printemps, forte pression de Mildiou puis échaudage... Rien n'aura été épargné aux vignerons. Il faut s'attendre à un rendement en baisse et à une forte disparité entre secteurs. Une année compliquée avec des niveaux d'acidité élevés.

Compliqué ! C’est le terme à la mode et il s’applique parfaitement à la vendange 2016 en Champagne, alors que les premiers coups de sécateurs retentissent. Si le vignoble a été moins décimé que d’autres régions viticoles, il a toutefois payé un lourd tribut aux gels de printemps, en particulier la côte des Bars, durement gelée la nuit du 13 avril, mais aussi les zones de Montgeux, Bisseuil, Pouillon, etc. 8000 ha ont été touchés dont 4500 détruits à 100 %, et le comité champagne estime à 15 % le potentiel de récolte perdu en raison du gel.

 

Millésime 2016 en Champagne : Faibles rendements et grande hétérogénéité

 

L’autre caractéristique, c’est une très forte pression de mildiou engendrée par une climatologie exceptionnelle jusqu’au début de l’été : température bien en dessous de la normale, insolation très déficitaire, pluviosité pratiquement le double de la moyenne. Le travail dans les vignes a été particulièrement complexe et éprouvant. La pression de mildiou a démarré très tôt avec des niveaux particulièrement élevés, qui se traduisent aujourd’hui par une estimation de perte de récolte également de 15 %.

Enfin, bascule météorologique complète à partir de juillet, avec même en août un épisode caniculaire les 24-25/08, ayant entraîné de l’échaudage, et des pertes supplémentaires sur le vignoble estimées à 3 % environ.

Au total, c’est donc un tiers du potentiel de récolte qui ont été perdus par ces accidents climatiques. Dans l’Aube et dans une partie de l’Aisne, certains pressoirs n’ouvriront pas, et la gestion des vendangeurs sera difficile, car les différences de charge se traduisent par une forte hétérogénéité de la maturité. Certaines communes ont débuté lundi, mais l’essentiel des vendanges devrait commencer autour du 15 septembre (voir les dates de vendanges officielles ici).

 

Pas de carence azotée à craindre pour les moûts

 

A noter toutefois cette année une très forte densité de feuillage cette année, qui se traduit par de belles cinétiques de maturation, aussi bien en sucres qu’en poids de grappes, qui fluctuent autour de valeurs dans la moyenne. Cependant, les acidités restent élevées, notamment le malique. A priori, pas de carences azotées à craindre cette année.

C’est une caractéristique de la champagne, le rendement commercial 2016 a été fixé fin juillet par concertation entre l’Union des maisons de Champagne et le Syndicat général de vignerons. Il se situe à 9 700 kg/ha et ne sera donc pas atteint sur de nombreuses parcelles. La réserve (vins des récoltes précédentes bloqués dans les chais) pourra être libérée dès le 1er février 2017 à hauteur de 1 100 kg/ha. Ce mécanisme qualitatif prend aussi tout son sens de lissage quantitatif dans une année comme 2016.

Plus d'informations sur l'auteur :

Winemak-in AdminCe membre est un influenceur Winemak-In
Compte d'Administration Winemak-in